Le printemps conservateur français

Antoine Bevort revient sur ce que fut “Le printemps conservateur français” qui, de 2012 à 2014 a redessiné les frontières de l’extrême droite. Si cette mobilisation réactionnaire s’est globalement soldée par un échec, elle est porteuse de défis à venir car elle a montré que hors de la victoire du parti Lepéniste, d’autres défaites de la démocratie face à l’extrême droite sont possibles.

Premier article, Le contexte de l’émergence de la manif pour tous : https://antoinebevort.blogspot.com/2018/10/ii-le-printemps-conservateur-francais-1.html

Deuxième article, La manif pour tous contre le mariage pour tous : de septembre 2012 à mars 2013 : https://antoinebevort.blogspot.com/2018/10/le-printemps-conservateur-2-la-manif.html

Troisième article, Le printemps français, de mars 2013 à janvier 2014 : https://antoinebevort.blogspot.com/2018/11/26-janvier-2014-jour-de-colere-nuit.html

Quatrième article, Le jour de colère du 26 janvier 2014 : https://antoinebevort.blogspot.com/2018/11/26-janvier-2014-jour-de-colere-nuit.html

Cette dernière manifestation, à la fois la plus large, la plus attrape-tout et la moins réussie en terme de mobilisation se solde par un double échec. Echec du printemps français à réussir à peser dans la rue. Echec également de la société démocrate qui reste indifférente et ne trouve pas les mots face à un inédit déferlement de haine et de slogans antisémites.

Des digues semblent définitivement rompues et on retrouvera un bon nombre d’acteurs de la Manif pour Tous et de Sens Commun derrière François Fillon, longtemps favori aux élections présidentielles de 2017.